fbpx

SOIRÉE POUR L’ANNIVERSAIRE DE « ART AVENUE »

L’événement
Nouvelle manifestation où Verdigala a pu dévoiler une partie de son univers ! Il s’agissait cette fois-ci de l’anniversaire de l’agence immobilière Art Avenue, créée par Sandra Vincent il y a maintenant un an. L’événement se tenait au Volcan, espace de création artistique et culturel collaboratif situé aux Bassins à Flots, à Bordeaux.
Cet ancien entrepôt de près de 1.000 m², a accueilli près de 300 personnes de tous horizons. Elles ont ainsi pu découvrir, entre autres, les compositions de Verdigala créées ici principalement à partir de mousse plate stabilisée.
L’installation
A cette occasion, Sophie, la Directrice Artistique de Verdigala, avait imaginé un décor digne d’une scène d’Alice au Pays des Merveilles revisitée par Tim Burton.
Des meubles recouverts de mousse stabilisée. Un canapé, des chaises en bois. Un paravent chinois sur lequel avaient été accrochés quelques objets de curiosité. Un abat-jour recouvert de plumes de paon. Des coussins ptiquetés de fleurs rouges. Un plateau déposé sur une cage où était emprisonné un lapin à collerette de plumes. Sur le plateau, une théière recouverte de feuilles et mousse stabilisées. Une autre cage suspendue au bout d’une canne à pêche était, elle, vide.
Tout ce décor semblait avoir été sorti, il y a longtemps, du cube, sur le côté, peint en noir, qui figurait une petite maison. Durant tout ce temps, la nature avait repris ses droits, recouvrant de mousse tous ces objets courants d’une vie antérieure. La petite maison semblait elle aussi avoir perdu la partie, la mousse commençant à envelopper une partie de sa surface.
Des boules de mousse parsemées de fleurs champêtres étaient posées à même le sol.
Du haut de son nid de branchages, accroché à une des arêtes du cube, une pie supervisait la scène tout en couvant ses œufs. Elle semblait rire du pauvre héritage laissé là par l’homme et semblait épier tous les invités.
Ce décor a donc été voulu comme une allégorie d’un monde post-apocalyptique. Monde où la seule trace qui resterait de l’homme serait ces objets du quotidien abandonnés au bon vouloir de la nature à nouveau triomphante.
Ce décor où le temps semblait s’être arrêté, était en décalage assumé avec les photographies exposées sur les murs, plus urbaines, plus violentes, plus sexuelles, et l’excellente musique electro du DJ.
L’ensemble néanmoins était révélateur de notre monde antagonique.
Les remerciements
L’accueil des nombreuses personnes venues voir l’installation a été très bon et les éloges nombreux ! Verdigala remercie tous ceux qui ont passé un moment avec nous et à qui nous avons pu faire découvrir notre univers plus en détail.
Bien sûr ! Un grand merci enfin à Sandra, toute l’équipe du Volcan et à tous ceux qui ont fait de cet événement un franc succès, pour leur confiance et leur dynamisme !

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter +33 (0)6 40 48 11 56